Accueil Nos motions Autonomie

Autonomie

Autonomie]

Présentée par Serge Guardiola et Toni Casalonga

Exposé des motifs
Considérant que le Président de la République, Emmanuel Macron, lors de sa visite en Corse n’a pas donné corps
  • à ce qu’il avait appelé un pacte girondin pour la Corse durant sa campagne des présidentielles, 
Considérant que le Président de la République a tenu des propos humiliant lors de la commémoration de l’assassinat du Préfet Erignac déclarant entre autre que « la Corse, terre de fierté et de dignité a été salie par ce crime », comme si tous les Corses devraient expier ad vitam aeternam, l’odieux meurtre d’un préfet . 
A t’on entendu, un jour, un responsable politique déclarer que la Cote d’Azur avait été salie par l’horrible assassinat de Yann Piat , seule Femme, Députée de la République, lâchement exécutée . Les membres du commando ayant perpétrés cet assassinat ont 
 tous été libérés, Le tireur, Lucien Ferri, condamné à perpétuité a bénéficié d’une liberté conditionnelle au bout de 16 ans et demi de peine. Aucune commémoration officielle pour cette femme, unique Députée de la République, assassinée depuis la seconde guerre mondiale. Deux poids , deux mesures,
Considérant que le Président de la République déclare qu’il n’y a pas de prisonniers politiques corses,
Considérant que la France n’a toujours pas ratifié la charte européenne des langues régionales et minoritaires,
Motion
- EELV réaffirme sa volonté d’un fédéralisme différencié, avec pour nos régions, des moyens et des compétences augmentés
pour devenir comparables à ceux des pays européens voisins. Ainsi, l’autonomie pleine et entière de la Corse est une alternative juste après des décennies de malentendus et de drames.  
- EELV demande encore à la France de se mettre en conformité avec la réglementation européenne en ratifiant la charte des langues régionales et minoritaires. Un projet de co-officialité
alternative entre la langue corse et la langue française comme celle qui existe au Quebec où le français est à égalité avec l’anglais, construit une société de tolérance et non d’exclusion. La co-officialité doit être envisagée comme un marqueur accessible à tous, qui réunit au lieu de séparer, qui accueille au lieu de rejeter. Comme un bien
public et non pas comme une propriété privée. 
- EELV rappelle sa position sur les prisons françaises, un véritable scandale dans une   démocratie, ces prisons font l’objet de
critiques que ce soit au niveau national ou international. Le rapprochement des prisonniers corses pour des conditions plus humaines fait partie de nos priorités.
La main tendue par le Président Simeoni doit être saisie. EELV souhaite que la voie du dialogue reste ouverte.
-----------------------------------------------------
Motion adoptée à l’unanimité moins une voix le 16 mars 2018